Être femme ou être mère ?

Camille Sfez

J’ai remarqué que cette question est très souvent présente dans l’inconscient féminin, comme s’il fallait choisir. Dans la tente rouge, les femmes viennent questionner cette double identité. Que ce soit des futures mères qui ont besoin d’être rassurées sur le fait d’être aussi des femmes, celles qui se sont senties le devenir à la naissance de leur premier enfant, ou celles encore qui n’en ont pas, la maternité vient souvent mettre en jeu les facettes de notre identité féminine dans une sorte de compétition, comme si l’une avait plus de valeur que l’autre.

Devenir mère est un chemin en soi que nous choisissons de parcourir ou pas, chacune à sa manière. Il est fait de moments où nous nous consacrons entièrement à nos enfants et d’autres, où nous préférons travailler tard le soir et vivre ce que nous sommes en dehors du foyer. Pour certaines, le renoncement à la maternité est vital tant elles aiment leur liberté, alors que d’autres le vivent comme un deuil douloureux. Quoi qu’il en soit, le choix se pose pour toutes les femmes et se vit plus sereinement s’il est exposé et débattu dans un cercle.

Tina, 36 ans, enceinte de quelques semaines se confie : « Je n’imaginais pas que je tomberais enceinte si vite ni que cela me bousculerait autant. L’arrivée de ce bébé suscite plein de questionnements profonds en moi, notamment sur qui je suis. J’ai entendu dans le cercle une femme dire qu’elle s’est sentie vraiment femme en accompagnant son enfant dans ses premiers mois, mais moi je me sens déjà femme! J’ai 36 ans, j’ai vécu une vie avant ce bébé et je ne veux pas perdre mon identité. En même temps, je sens bien que la maternité me fait m’interroger sur le comportement de ma mère à mon égard, sur le fait qu’elle ne m’ait pas allaitée, par exemple. Mon compagnon n’aime pas trop l’idée de l’allaitement et j’avoue que j’ai pas encore pris de décision à ce sujet, mais je sens bien que c’est un geste naturel. J’aimerais bien essayer mais j’ai peur de l’impact de ce choix sur mon couple ou sur son désir à lui. »

Faut-il faire un choix entre les deux à un moment de sa vie ? Personne ne le demande, mais les femmes dans la tente rouge témoignent qu’elles doivent faire face à ces deux archétypes qui dans l’inconscient s’opposent. Heureusement, en parler permet de faire des liens, de sortir de l’illusion de la dualité pour ressentir profondément que les deux sont possibles, en même temps.

Bel été à toutes,

Camille Sfez
Créatrice de la Tente Rouge de Paris


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>