Semeuses d’étoiles

Ce jour, je vois de façon claire ce que cela fait dans mes cellules de lâcher tout le mental et le besoin d’expliquer qui je suis. Je lâche et je goûte juste cela.

Je vois qu’il n’y a que ce pas qui s’appelle lâcher le mental (me justifier, expliquer…) pour être, Je suis, dans l’acceptation totale.

Et j’ai envie de goûter cela, ce Je suis, entier, assumé, amoureux de lui-même, sensuel.

Ma voie amoureuse, c’est simplement être, sans plus chercher, prouver, remettre à demain, me justifier. Je suis déjà nue sous mes vêtements et je goûte cela.

Rayonner, c’est ne plus chercher. Laisser être et couler Je suis.

Je décide que cela est, que je suis là, qu’il n’y a rien à chercher qu’à se dévêtir de tout pour briller.

Je goûte mon être vibrant, amoureux.

Dès qu’une pensée survient du mental qui calcule, sous-pèse, j’embrasse la peur et je vibre amour.

Et peu à peu, parce que j’ai décidé de suivre ma joie et ma voie, ma voix et ma foi s’éclaircissent.

Ce n’est qu’un coup de balai sur le pare-brise pour laisser entrer et sortir la lumière.

Rester souple dans cette gymnastique de lâcher le désir de devenir ou d’expliquer pour conscientiser à quel point je suis déjà et y goûter à chaque instant.

La liberté ne s’acquiert pas, elle se libère comme un oiseau trop longtemps enfermé dans sa cage.

La liberté ne s’achète pas, elle s’offre à soi comme un cadeau d’amour que l’on a simplement trop longtemps refusé de recevoir.

La liberté ne s’en fait pas pour nous, elle nous trouve là où nous nous découvrons, où nous nous dénudons et laissons briller le firmament de notre être, tout en douceur et candeur, pour ne plus jamais avoir à promulguer des lois qui vont contre lui.

La liberté s’adore. Elle abhorre les abords malencontreux qui ne veulent rien dire que des méchancetés à l’être ensommeillé qui voudrait encore dormir en nous.

La liberté se donne en partage au coeur qui s’éveille à la solution qu’il est en lui-même.

La liberté est amour.

Ce jour, je décide ce Je suis, complet et je goûte ce qui est là et l’a toujours été, sans avoir besoin de le prouver.

Juste laisser s’épanouir le bouton de rose comme un secret qui prend le temps de se dévoiler.

Se dévoiler, c’est juste se goûter soi-même, oser apprécier, sentir, savourer, goûter ce qui me fait et me fait être, vibrer.

Ce jour je décide Je suis. Je décide je m’aime.

Ce jour je vois ce qui me fait et je consens à me défaire de mes oripeaux pour me parsemer d’or, sans peaux, nue, semeuse d’étoiles.

Sa*Ra
Copyright © SA*RA 2016

Bienvenu)e(s sur https://www.facebook.com/lepeupledelhomme/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>