S’autoriser à être puissante

Camille Sfez

À chaque fois que nous avons cru bon de laisser notre pouvoir à l’autre en le laissant décider à notre place, en acceptant ses jugements ou en ne faisant pas entendre nos besoins, nous avons perdu une occasion de manifester notre puissance. Dans la tente rouge, les participantes cherchent à renouer avec cette force intérieure, cette confiance et cette sérénité.

Nous avons toutes vécu un moment dans notre vie où une autre personne a abusé de son pouvoir sur nous. Que ce soit dans des situations d’abus physiques, d’abus de confiance ou simplement d’une marque de mépris, nous avons senti les ravages que cela peut causer. À ce moment-là, nous avons inconsciemment fait un voeu, celui de ne jamais utiliser cette force de domination sur quelqu’un d’autre. Jamais, nous sommes-nous dit, je ne deviendrai ce prédateur. Et dans cette promesse, beaucoup d’entre nous ont confondu le pouvoir sur l’autre avec le pouvoir d’agir, de faire quelque chose.

Ce pouvoir-là, c’est notre capacité à être à notre juste place et à contribuer au monde avec notre unicité. C’est notre force intérieure. Nous pouvons ainsi affirmer nos droits et nos limites dans le respect de ceux des autres. Lorsque nous faisons cela, nous ne sommes pas en danger et, par conséquent, nous n’avons pas besoin de dominer ou d’avoir du pouvoir autrui.

Dans la tente rouge, cette question du rapport à la puissance se pose et les femmes trouvent des chemins pour reprendre leur pouvoir de faire, dans leur vie.

Beau chemin de l’avent, en connexion avec votre lumière intérieure,

Camille Sfez
Créatrice de la Tente Rouge de Paris


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>