Roshni, la médiatrice (Himalaya, Inde)

Véronique Cloître

Le petit village de Netala est situé sur les rives du Gange, niché entre les montagnes de l’Himalaya, à 8 km au nord de l’Uttarkashi. L’instituteur, Krishna, me parle d’une jeune femme qui remplit les fonctions de médiatrice. Une expérience mise en place par les villageois : pendant cinq ans une femme gère les affaires du village, puis lors du prochain mandat de cinq ans, ce sera un homme, et dans le village voisin, c’est l’inverse. Une première en Inde, surnommée Mother India, le pays où aujourd’hui on tue les jeunes femmes quand leur père ruiné n’est plus en mesure de verser la dot. Krishna me propose de rencontrer cette jeune médiatrice nommée Roshni.

Nous nous retrouvons le soir devant sa maison. Quelques voisins sont présents, ainsi que son mari. J’interroge Roshni. À ma grande surprise, elle baisse la tête timidement et son mari répond à sa place. La situation est gênante. L’étrangère que je suis, avec beaucoup de précautions pour ne pas heurter une tradition millénaire, va demander au mari de laisser parler sa femme. Celle-ci prend alors la parole, parle de ses études, de sa vie et nous confie : « J’ai obtenu un Master en histoire mais malheureusement, je n’ai jamais pu travailler, car en Inde il y a beaucoup de discriminations dans le domaine de l’emploi. J’élève donc ma fille. Je souhaite pouvoir aller plus loin et faire reconnaître mon savoir… Mais ici, c’est un fait, les femmes sont dominées par les hommes. Et une femme en Inde ne doit pas travailler », dit-elle. La jeune femme est cependant satisfaite, car sa volonté a été récompensée : elle a été élue « maire » de son village. Elle nous expliquera ensuite son rôle pour défendre les intérêts de chacun et pour résoudre les problèmes comme l’accès à l’eau et l’assainissement. Elle représente aussi les veuves afin de leur faire obtenir un droit à la propriété et à la terre. Puis, Roshni nous regarde fixement et nous parle de son rêve de découvrir le monde. « C’est la première fois que je rencontre des Occidentaux… » On lit de la fierté et de la reconnaissance dans son regard. Son mari lui, ne bouge pas, il a la tête baissée. Il ne veut pas que nous voyions que, dans ses yeux, il y a les larmes d’un époux qui n’a jamais entendu parler des rêves de sa femme, qui n’a jamais vu combien celle-ci était digne.

Avant de partir, Roshni a voulu m’emmener dans sa petite maison pour me montrer sa chambre et sa cuisine. Mais surtout, à l’abri des regards, elle m’a serrée dans ses bras et nous avons pleuré de joie. Elle a osé.

Son message : Les femmes doivent s’aimer, s’honorer, œuvrer ensemble pour que chacune d’entre nous sur tout le globe soit respectée et réhabilitée.

Extrait de mon livre Femmes du Monde, Mères du Nouveau Monde, Ed. Dangles, 2014
Véronique Cloitre


4 thoughts on “Roshni, la médiatrice (Himalaya, Inde)

    1. Merci Antonia. Lorsque l’une de nous se relève dans le monde, c’est le féminin qui se relève et la Terre qui guérit. Alors soyons dans la Joie en ce début d’année et diffusons la au Coeur de la Vie car oui, je le constate à chacun de mes voyages, les femmes co-guérissent. Bien à vous

    1. Merci de tes mots Chantal. Et si le coeur des êtres illuminent mes écrits c’est qu’ils ont touché mon coeur. Et c’est là, la magie de la vie: recevoir, donner, participer à la respiration du monde. Les prochaines héroïnes du quotidien seront les femmes Massaï que j’ai eu l’honneur de rencontrer avec toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>