Qui sont Marie, Isis et Myriam ?

Lise Côté

Qui sont Marie, Isis et Myriam ?

Pour les prochaines parutions, je me sens inspirée à vous parler de trois personnages féminins de l’histoire : Marie, Isis et Myriam (Marie-Madeleine). Ces déesses, dont l’héritage est encore bien vivant, représentent des archétypes majeurs qui ont marqué profondément différentes époques. En honorant ces médiatrices du nouveau millénaire, au-delà de toutes confessions religieuses, et en reconnaissant qui elles sont véritablement en tant que femmes, nous regagnons nos pouvoirs perdus. Pas de honte, pas de culpabilité… mais plutôt de la dignité et l’occasion d’emprunter un parcours sacré pour retrouver l’identité royale de la déesse en nous.

Dans un monde résolument patriarcal, je me suis toujours sentie attirée vers l’autre pôle, comme un grand besoin de recréer l’équilibre en moi. Pourquoi les dieux et les maîtres apparaissent-ils toujours sous des traits masculins, me demandai-je si souvent ? Qu’a-t-on fait de l’autre versant de la Source, l’aspect créatif féminin de la divinité ? Où sont passées les déesses et les prêtresses de ce monde ? Le besoin de me réconcilier avec la polarité féminine de mon être et de m’affranchir des blessures du féminin en moi m’apparaissait urgent dans ma démarche de femme adulte. Qui plus est, je me sentais coincée et condamnée à choisir entre les deux pôles féminins diamétralement opposés qu’on m’offrait : la vierge mère ou la femme prostituée… Comment pourrais-je trouver mon identité véritable de femme ?

Les enseignements de l’Église et de différentes traditions ont semé de nombreux doutes et de la confusion en inoculant dans les esprits des vibrations porteuses de culpabilité, de honte et d’humiliation. L’inconscient collectif s’est imprégné des vibrations d’une matrice féminine souffrante au souffle court et muselé plutôt que d’une matrice empreinte de beauté, de douceur et de vie. Plusieurs enseignements ont été modifiés avec une intention apparemment juste, mais qui dissimulait une réelle volonté d’asseoir le pouvoir patriarcal. Alimentées par un sentiment d’infériorité et une perte profonde de dignité, nombreuses sont les femmes qui portent encore le poids de ces interprétations douteuses, comme des stigmates laissés dans leur coeur et leur corps.

N’est-il pas temps de nous mettre en totale résonance avec notre nature féminine sacrée et retrouver notre véritable identité ?

N’est-il pas temps de redonner à Marie, Isis et Myriam leur juste place dans le cœur, le corps et le sexe des femmes ? Toutes les déesses – Ishtar, Lilith, Ève, Tara, Hathor, Itchel, Dana, Marie, Isis, Myriam et toutes les autres – sont autant de symboles, de visages et de formes du Féminin sacré. Porteuse d’une seule voix, la conscience de chacune est un portail magique vers la déesse en nous.

Profitons de l’été et de la fête du 22 juillet, consacrée à Myriam, Marie-Madeleine, pour honorer notre corps sacré, nous éveiller à notre plus belle sensualité et célébrer joyeusement nos grands pouvoirs créateurs féminins.

Belles déesses, en ce magnifique mois de juillet, vibrez la vie avec intensité jusque dans les profondeurs de votre chair et de vos cellules ! Invitez les hommes à célébrer l’aspect sacré de leur nature féminine.

Lise Côté
Éditrice de ROSE

 


4 thoughts on “Qui sont Marie, Isis et Myriam ?

  1. Merci pour ces partages, et merci pour la dernière ligne de cet article. Elle me parle. Et j’aimerais aller plus loin dans la redécouverte de ce féminin, sacré, en moi et en elles. Je chemine :)

    1. Merci de nous lire et de vous inspirer de nos articles pour aller plus loin dans votre cheminement. En cette période estivale, trouver un lieu qui inspire recueillement et contemplation peut-être l’occasion de se dépouiller du superflu pour renaître sous le regard attendrissant de ces déesses et redécouvrir votre féminin sacré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>