Qui est Marie Madeleine ?

Lise Côté

Pour ce beau mois de septembre, c’est avec joie que je vous présente une autre grande ambassadrice du Féminin sacré, Myriam de Magdala, Marie Madeleine, qui fut dépeinte maladroitement par l’Église durant des millénaires. En tant qu’initiatrice du Féminin sacré, je porte une profonde affection à cette belle déesse et me suis toujours sentie interpelée par son message et le legs précieux qu’elle nous a transmis. J’ai eu la chance de marcher dans ses pas en Israël et depuis plusieurs années, au printemps, dans sa forêt magique de la Sainte-Baume (Sud de la France) lors du pèlerinage annuel qui lui est consacré. Je m’assure d’arriver dans ce lieu quelques jours avant le début du stage pour contempler le panorama magnifique du haut des falaises du massif et surtout pour m’imprégner des vibrations de l’hôtesse des lieux et du silence de sa grotte sacrée. La paix qu’on ressent dans cette forêt unique en vaut vraiment le détour. C’est une inspiration pour l’âme et un baume pour le coeur.

Qui est Marie Madeleine ?

Personnage aux multiples visages, Marie Madeleine réunit plusieurs dimensions du féminin dans l’inconscient collectif ainsi que les deux aspects de l’humanité, l’ombre et la lumière : prostituée ténébreuse qui porte le péché de la chair, femme adultère, dévergondée, pénitente repentie, évangélisatrice, épouse cosmique, initiée et initiatrice, guérisseuse et incarnation de la Sophia (sagesse) et de l’amour infini. Depuis les dernières décennies, son éternelle présence joue un rôle clé dans l’éveil de l’humanité et le changement de conscience. Qui plus est, Marie Madeleine suscite un profond respect, voire un grand engouement, et incarne pour plusieurs un idéal féminin. Son legs est imposant et convie les femmes à suivre les traces de son héritage spirituel qu’elle a incarné pleinement et retransmis avec amour, passion et érudition. Libre, conquérante et insoumise, une femme parmi les hommes, elle a su inspirer plusieurs sphères de la société en marquant toute une époque. Prénommée la porteuse de l’onction et la guérisseuse magicienne, Myriam, qui signifie océan de myrrhe, connaissait les vertus des plantes et de toutes les essences sacrées. Lors de son incarnation en Galilée, elle a atteint l’ultime étape de la maîtrise.

Par ses nombreuses métamorphoses, Marie Madeleine représente un esprit archétypal puissant de transformation, de la femme charnelle à la femme sacrée et spirituelle. Elle est l’impératrice de la femme retrouvée : femme sensuelle, sexuelle et chamane (femme rouge), femme aimante et guérisseuse (femme rose), et femme spirituelle et cosmique (femme blanche). Voilà l’expression pure et libre de la femme, de la vie et du Verbe qui s’est fait chair. Sa présence vibratoire et sa conscience nous permettent de rouvrir la porte – longtemps verrouillée – pour que chacune de nous se réapproprie son corps et son sexe, et que chaque homme honore son principe féminin. Marie Madeleine laisse une trace indélébile dans notre cœur et dans notre corps. Cette trace, bien que gardée secrète durant des millénaires, se révèle progressivement à l’humanité dans le dessein d’aider à panser les blessures que nous transportons dans notre ventre-sexe et de réactiver notre puissance sexuelle en union avec notre dimension spirituelle. C’est une invitation à nourrir autant nos racines terrestres que nos racines aériennes afin de déployer pleinement les ailes de notre coeur.

Que la beauté, la détermination et la sagesse de Marie Madeleine inspirent notre propre parcours sur la voie sacrée du corps, du coeur et de l’âme. Célébrons la semence d’amour de cette Femme sacrée ! Laissons l’alchimie de notre coeur aimant faire son oeuvre dans la Madeleine en chacune de nous, cette noble lignée de femmes éclairées et initiées. En guise de rituel et pour honorer son héritage, embaumons nos corps de myrrhe et de nard, parmi les essences sacrées les plus prisées de Myriam.

Lise Côté
Éditrice de ROSE

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>