Que penserait Descartes du Féminin Sacré…?

Nathalie Geetha Babouraj

Vous est-il déjà arrivé de devoir expliquer cette approche du féminin sacré à des proches ou à des collègues peu portés sur le sujet et qui froncent les sourcils quand vous employez des termes spirituels?

J’ai écrit cet article pour tenter de montrer qu’il existe une possibilité de saisir cette notion du féminin sacré dans ce monde très matérialiste qui ne croit que ce qu’il voit. Je n’ai bien sûr pas la réponse à la question de Descartes… Mais, ayant un parcours scientifique cartésien derrière moi, je pense avoir trouvé une discipline qui fait le pont entre les sagesses anciennes et les progrès technologiques : la Santé Intégrative. En avez-vous déjà entendu parlé?

Cette vision de la santé est née dans les années 90 aux États-Unis. Elle n’invente rien de nouveau mais propose de créer un espace propice à la guérison en utilisant les bienfaits ressentis grâce à  la médecine moderne et les millénaires d’expériences de pratiques globales comme la médecine traditionnelle chinoise ou comme l’Ayurveda. Aujourd’hui, aux Etats-Unis, ce sont de prestigieuses facultés de médecine qui offrent un service de médecine intégrative dans leur cadre hospitalo-universitaire. C’est là le premier degré de lecture de l’intégration. En plongeant un peu plus en profondeur, l’intégratif, c’est aussi prendre en compte la personne dans sa globalité : le corps physique, émotionnel, énergétique, mental, spirituel ainsi que l’environnement dans lequel elle vit.

Un autre degré intégratif, c’est d’inclure la santé du soignant dans la démarche car pour accompagner l’autre sur son chemin de santé, il est nécessaire d’avoir soi-même exploré sa propre santé. Selon moi, la lecture ultime du modèle intégratif serait l’intégration du masculin et du féminin sacrés dans chaque être : homme, femme ou enfant.

C’est le moment où les esprits cartésiens se réveillent… féminin sacré? Késako?

Sans rentrer dans des simplifications scientifiques, le féminin sacré serait pour moi l’ensemble de nos fonctions qui perçoivent le monde extérieur et notre monde intérieur à travers notre système nerveux sensitif sensoriel et à travers la branche parasympathique de notre système nerveux autonome. Le fameux yin en médecine chinoise ou encore l’ida-nadi en Ayurveda. Quant au masculin sacré, il est l’ensemble des fonctions stimulant le système nerveux moteur ainsi que la branche sympathique du système nerveux autonome.

Ainsi, la santé est-elle une danse permanente entre cette contemplation et cette mise en mouvement ? Et, qu’est-ce que le terme « sacré » apporte donc? Peut-être permet-il de transcender la matière, le corps physique pour englober toutes les dimensions de l’être humain.

Cette hypothèse est en cohérence avec les maux de ce siècle dont le burn-out, les douleurs chroniques et les maladies cardio-vasculaires. Ne sont-elles pas des maladies qui poussent à bout le système nerveux moteur pour mettre de côté le sensitif, le sensoriel et le repos?

Dans cette vision, nous sommes donc tous invités à nous poser afin de contempler et de stimuler ces ressources que sont nos 5 sens et notre système nerveux sensitif. Pour cela, pas besoin de grand-chose, à part soi-même et une certaine curiosité au sujet de nos cinq sens. Ainsi, lorsque vous mangez, marchez, êtes assis, nourrissez-vous tout simplement de ce que la terre vous offre à travers vos cinq sens. Les exercices de pleine conscience sont là pour cela.

Un maître de tantra m’a inspiré un jour : inversez les polarités. Lorsque vous respirez l’air frais de l’hiver, imaginez que c’est l’air qui vous respire. Lorsque vous dégustez une part fondante d’un gâteau au chocolat, laissez-vous déguster par lui…

Namasté,

Nathalie Geetha-Babouraj

 

Pour une définition complète de la Santé Intégrative, c’est par ICI


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>