Oser se dire

Mylène Coulombe

Dans nos sociétés si fermement conditionnées, reconnaître qui nous sommes derrière nos masques conscients et inconscients requiert une importante dose d’humilité et d’indulgence. Voilà le prélude essentiel à l’état d’être soi qui appelle, quant à cela, au courage de « sortir du moule ». Se dire en toutes circonstances et avec justesse implique une identité bien assumée et solidement enracinée.

Et c’est justement à renforcer cet ancrage que je me suis sentie sollicitée lors de plusieurs événements récents. Ce fut le cas, par exemple, avec la dernière parution de ROSE, alors que je caressais l’idée d’en distribuer des exemplaires dans un milieu à l’accueil incertain. C’est qu’ainsi, je dévoilerais un peu plus ma couleur…

Chemin faisant, encore hésitante, les délicats papiers bien rangés dans mon sac à main, il m’est clairement remonté à l’esprit – et dans le cœur – des scènes de Les figures de l’ombre. Ce film que j’avais « comme par hasard » visionné la veille relate le destin fabuleux de trois scientifiques afro-américaines qui ont permis aux États-Unis de prendre la tête de la conquête spatiale au milieu du 20e siècle. Maintenues dans l’ombre par leurs collègues masculins dans un pays en proie à de profondes inégalités raciales, ces femmes « de couleur » s’affirmaient et étaient rayonnantes.

Je me suis donc inspirée de leur audace et de leur beauté pour me libérer de mes contraintes et me suis finalement présentée… en ROSE!

Et vous, comment réagissez-vous à l’idée de taire votre vérité, de confondre votre différence, de freiner votre mouvement créateur ?

ROSE ta vie!

Mylène Coulombe


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>