La relation consciente

Camille Sfez

Dans tous les cercles de femmes, nous parlons des hommes. Les rencontrer, leur parler, les aimer ou les quitter… Voilà des sujets universellement partagés, même si l’autre peut aussi être de genre féminin. Peu importe, c’est du couple dont il s’agit, cet espace privilégié pour se connaître soi-même et ouvrir son coeur, pour vivre cet amour auquel nous aspirons toutes. Alors, pourquoi ne sommes-nous pas toujours dans un état d’ouverture ?

Dans la rencontre amoureuse, les polarités masculines et féminines de l’homme rencontrent celles de la femme et l’histoire de l’humanité se joue à travers elles. Se mettre à l’écoute de son féminin, c’est entendre la partie de nous intuitive et subtile à laquelle on accède dans cet espace d’immobilité intérieure. Quelle place faites-vous à cette voix intérieure, êtes-vous toujours à son écoute ? Notre polarité masculine, elle, nous sert à manifester ce que cette voix nous souffle, à entreprendre des projets ou à simplement entrer en relation avec l’extérieur. Comment ces deux parties de vous dansent-elles dans votre vie ?

Pour le découvrir, réfléchissez aux adjectifs que vous associez au masculin et au féminin. Y a-t-il une polarité qui vous attire plus que l’autre ? Celle qui vous attire le moins peut-elle parler aussi de vous ? Essayez de repérer dans votre vie quotidienne si certains de ces adjectifs vous ressemblent, ce qu’ils vous apprennent de vous-même.

Lorsque j’ai commencé à observer la manière dont mon yang se manifestait, j’ai eu envie de le remercier et de le sortir de ses rigidités. Sans doute parce que ma sensibilité et ma vulnérabilité étaient à vif, j’ai longtemps utilisé mon masculin intérieur avec force. Mais à vouloir me protéger, construire, avancer sans cesse, je n’avais plus accès à la facilité avec laquelle les choses se font lorsqu’elles sont en lien avec mon désir profond et ma mission de vie. C’est à dire lorsque je suis alignée avec mon féminin, à son écoute.

Équilibrer son couple intérieur permet d’entrer dans une relation consciente avec l’autre, et de vivre la rencontre avec plus de fluidité ! Il faut parfois effectuer un travail de pardon pour se guérir des blessures collectives dont ces polarités ont hérité. Pardonner à tous les hommes, à toutes les femmes que je rencontre dans cet autre. Pour me libérer et vivre la relation avec plus d’autonomie.

Très belle danse à toutes,

Camille Sfez
Créatrice de la Tente Rouge de Paris


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>