Josépha Cardonne, France

Véronique Cloître

bgfvIl y a quelques années, j’ai fait l’acquisition d’une petite statuette représentant la Mère originelle. Encore aujourd’hui, cette représentation de la déesse m’accompagne lors de chaque atelier et conférence. Avant de prendre la parole, j’allume la bougie située dans la partie supérieure de la Mère divine. C’est un rituel. Il y a peu, dans un salon dédié au féminin, une femme s’approche, désirant visiblement me parler. Elle aperçoit alors la figurine placée en évidence sur mon stand. Elle reconnaît l’une de ses créations. Je vous présente Josépha, l’artiste qui a donné vie à cette statuette magique.

« Je porte les mémoires d’une mère prostituée. Celle-ci m’a dit avant de partir : « Je n’ai jamais été aussi heureuse que le jour où tu m’as fait la grâce de venir dans mon corps mais je n’ai pas su l’honorer. Je t’ai offert ma matrice pour que tu viennes t’incarner mais je n’ai pas su te garder près de moi. C’est une autre mère qui t’a donné son cœur comme matrice. »

Le décès de ma mère a déclenché une grande tristesse en moi. Je me sentais abandonnée par la source. J’avais une trentaine d’année et je vivais plusieurs pertes à la fois : mon travail, mon identité. Je me suis isolée et je sentais toutes les cellules de mon corps en grande souffrance. Un soir, des anges sont venus me chercher et m’ont portée dans un mouvement d’ascension. Je me suis retrouvée dans un monde de liberté, de connaissance de qui Je suis, dans ma partie divine féminine, l’éternel féminin.

Il y a eu un avant et un après. J’ai réintégré ma vie différemment, connectée à l’Amour de l’intérieur. La force que n’a pas eu ma mère, je suis allée la chercher en moi. Je me suis alors intéressée à l’art en me reliant à mon énergie créatrice. C’était intense. Mes mains dans l’argile, mon esprit évadé, vibrante d’émotion, je vis sortir un corps de femme de la terre. Je ressentais alors l’humanité dans sa totalité et sa souffrance.

J’ai alors travaillé l’argile dans le sens thérapeutique. J’ai recherché la guérison dans mon corps, en devenant moi-même la mère de mon enfant intérieur. J’ai identifié en moi les parties à ré-harmoniser avec l’argile, jusqu’à ce que je retrouve un corps vivant de désir ; jusqu’à ce que je me désire moi-même. J’ai recréé l’alliance. Je suis devenue la maîtresse de mon corps, ma maison, mon temple. J’ai repris mon pouvoir en reliant ma propre matrice à la matrice divine.

En tant que thérapeute, j’utilise aujourd’hui le toucher. En retrouvant le corps de la terre, le corps des éléments, nous mettons fin à notre conditionnement, nous sortons de notre corps de souffrance. »

Message : « Je me sens reliée aux femmes du monde. J’ai eu deux mères : la prostituée, ma mère matrice et la sainte, ma mère adoptive, mère de cœur. De Marie à Marie-Madeleine, il n’y a qu’Elle dans l’unité. Nous, femmes, devons retrouver notre souveraineté, être maitresses de nos cycles, gardiennes de nos temples en en conservant les clés. C’est dans cette alliance avec cette force divine que toutes, nous nous relèverons car nous sommes reliées dans l’espace intérieur. Une seule personne dans son éveil réveille l’humanité. »

Liens josephacardonne.com

IMG_8469


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>