Être au service

Camille Sfez

Dans le concept même de la tente rouge, la notion de service est bien présente. Les femmes qui l’animent le font souvent bénévolement, comme un don qu’elles offrent à leurs sœurs ou à une communauté.

Traditionnellement, les huttes de menstruations étaient des lieux où les femmes prenaient soin d’elles, mais aussi où elles s’épaulaient les unes les autres. Elles se soignaient, accompagnaient les naissances et les premiers jours des nouveaux-nés. Elles conseillaient les jeunes filles pour bien vivre leurs lunes, ou leurs premières relations sexuelles. Elles partageaient leurs remèdes et les chants de guérison.

Aujourd’hui, cette notion de faire pour la communauté est toujours présente. Préparer l’espace, le rendre confortable, servir un thé sont autant de gestes chaleureux pour que les femmes se sentent accueillies. C’est aussi pour cela que l’animation peut être partagée par quelques facilitatrices, pour permettre au juste équilibre du donner et du recevoir de se mettre en place.

En faisant cela, ces femmes modèlent aussi pour les autres ce à quoi peuvent ressembler les liens de sororité, ce soutien que l’on se donne entre femmes. Parce que même si nous en parlons de plus en plus, tout est à inventer dans cette sororité féminine, qui en est encore à ses balbutiements. Donner d’abord, avec la confiance de recevoir en retour, tel est l’un des enseignements de la tente rouge.

De tout cœur,

Camille Sfez


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *