Enracinement du divin dans la chair féminine

Sylvie Bérubé

J’ai réalisé un rêve spirituel que je portais dans mon cœur depuis longtemps. J’arrive d’un séjour de trois semaines en Inde. J’y suis d’abord allée pour participer au Festival du féminin d’Auroville. Ensuite, j’ai entrepris le pèlerinage des shaktis, dans le sud de l’Inde, pour découvrir la pratique spirituelle des Indiens et vivre dans un groupe de femmes comme une shakti, une expression divine féminine.

Shakti 1

Je me suis reliée à la spiritualité indienne en découvrant l’importance de la beauté et du sacré, de la purification et de la bénédiction, de la prière et de la « reliance » au divin en soi.

Je ressens encore plus profondément en moi la nouvelle mission de la spiritualité féminine : être des messagères du divin Féminin sacré. Le Féminin des femmes et des hommes a comme mission d’enraciner la spiritualité dans le corps, dans le matériel et sur la Terre.

Quand le corps des femmes accueille le Féminin sacré en laissant la haute conscience divine pénétrer la dimension physique de leur chair, elles deviennent alors une expression sacrée de la beauté divine, de l’amour divin, de la lumière divine, de la paix divine, de véritables incarnations de la Déesse sur terre.

Je vous propose de découvrir un mantra que j’ai pratiqué en groupe chaque jour en Inde, avec la version chantée de Deva Premal. Ce mantra à 12 syllabes « OM NAMO BHAGAVATE VASU DEVAYA » signifie : « Oh Seigneur, je m’abandonne à toi. Rends moi divine ! » Écouter le mantra. Il était utilisé par Douce Mère – la mère d’Auroville – pour permettre la reconnaissance et l’affirmation concrète par chaque cellule du corps de leur appartenance au divin.

OM

Je le pratique pour programmer mes cellules à cette douce présence divine afin qu’elle œuvre à travers moi, à travers mes pensées, mes paroles, mes gestes et mes actions.

Sri Aurobindo a écrit dans The Mother (25.49) : « Elle travaille ici, dans le corps, pour faire descendre quelque chose qui ne s’est pas encore exprimé en ce monde matériel et qui transformera la vie ici-bas ».

Pouvons-nous, nous les femmes, permettre à notre corps d’être une expression divine, un véritable temple sacré ?

Je vous invite à m’écrire pour me transmettre ce que ce mantra éveille en vous.

Sylvie Bérubé
www.femininsacre.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>