Choisir l’amour

Camille Sfez

Lorsqu’on entre dans un cercle de femmes, nos plus grandes peurs se manifestent : le besoin d’être appréciée, la crainte d’être rejetée, abandonnée par une autre femme, la difficulté à prendre sa place simplement. Comment faire alors pour choisir l’amour plutôt que la séparation?

Quand ces peurs se réveillent, elles se cachent souvent derrière un besoin de se défendre de l’autre, voire de la blesser. Dans une tente rouge, les femmes jouent le rôle de miroir les unes pour les autres, et de petits détails dans le comportement de l’une peuvent provoquer chez l’autre une réaction démesurée. Pour qui se prend-elle? Pourquoi ne sait-elle pas rester à sa place? Pourquoi a-t-elle besoin d’occuper plus l’attention que les autres? Ces jugements réveillent notre peur de ne pas être aimée et ne pas appartenir au cercle en équanimité avec les autres participantes, comme si un doute s’installait sur le fait que nous ayons la même valeur.

Lorsque les femmes sont vraiment courageuses, elles osent affronter ces petites voix qui les mettent alternativement dans la position de celle qui se sent toute petite ou, au contraire, trop grande. Ce sont toujours les jeux d’égo qui peuvent nous séparer. Mais lorsque chacune prend la responsabilité de ce qu’elle ressent, qu’elle peut dire « j’ai besoin d’être en lien », « j’ai besoin d’être accueillie telle que je suis », alors les cœurs s’ouvrent et l’amour peut circuler.

C’est uniquement à cette condition que nous pouvons commencer à parler de sororité, lorsque les différences ne nous séparent plus, mais nous aident à ouvrir notre cœur.

Bel été à toutes,

Camille Sfez


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *