Chéri, ce soir on va danser?

Marie Leblanc

J’écoutais un comique parler de féminisme. Selon lui, ce mouvement aurait fragilisé les hommes. C’est exprimé avec beaucoup d’humour et je le perçois comme tel. N’empêche, y a du vrai. On connait l’histoire, c’est la structure patriarcale que nous avons ébranlée (et tant mieux!), normal que nos hommes le soient. De fait, ils ne savent plus sur quel pied danser : trop ceci, pas assez cela, macho ou coincé, homme rose, coureurs et autres lumbersexuels, un véritable casse-tête!

Mon père, bien qu’un peu maladroit, invitait les demoiselles à danser parce qu’à l’époque c’était comme ça, point à la ligne. Un de mes neveux m’a confié être trop timide pour danser avec une fille même s’il en meurt d’envie. Et ça se corse chez les ados qui, eux, seraient plus voyeurs que danseurs. Ce sont les hommes de mon âge qui, je l’ai vu de mes yeux, ont la cote. Tout de même, ça sent le malaise pour plusieurs générations.

Aujourd’hui, j’ai jasé avec mon ami James. Quel réconfort ce fut de l’entendre dire que notre planète avait grandement besoin de l’énergie féminine! Question d’équilibre. Beaucoup d’hommes pensent comme lui, sûrement. Mais on les entend peu. Par ailleurs, nous manquons d’énergie masculine. Ça, c’est moi qui le dis. Depuis deux ans, je suis des leçons de danse. Qui participe? Des femmes, presque exclusivement. Personne ne saura me convaincre que c’est équilibré et souhaitable. Non. Ce que j’observe là, et dans notre culture, s’apparente plutôt à l’isolement des sexes. Alors que nous aurions tant besoin d’alliances. Alliance pour trouver ce que nous n’avons jamais eu, ou si oui, même notre ADN l’a oublié. Alliance pour créer de nouveaux rapports femmes et hommes se reconnaissant comme tels dans leur énergie respective, irréductible.

Dans 5-10-15 ans… comment tournera le monde? Irai-je encore à mes cours de danse toute seule, dans des studios désormais réservés aux femmes? Ou connaitrai-je la joie de répondre oui! à un homme bien dans sa peau qui m’aura galamment invitée à danser? Peut-être que l’invitation viendra de moi : chéri, ce soir… Peu importe, pourvu que nous soyons deux à danser la vie.

Marie Leblanc
Mieux la connaître


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *